Dans le contexte actuel

  • Annonce

    CULTE chaque dimanche à 11H ! L'E.E.E. est ravie de la reprise du culte en présentiel depuis le 6 septembre 2020.  Inscription préalable au vue de la capacité d'accueil maximale autorisée, voici le lien pour l'inscription: http://reservation.eeemantes.fr/Port du masque obligatoire sauf pour les enfants de moins de 11 ans.  

    Dans le contexte actuel, les autres activités ( étude biblique, réunion de prières...) ne se déroulent pas au local.

    Pour toute information complémentaire, téléphoner ou envoyer un sms au 06 37 75 32 06.

 

Depuis le début de cette nouvelle année nous avons quasiment au quotidien entendu parler du coronavirus. Les média n’ont de cesse de nous en présenter l’évolution et la propagation. Wuhan est une ville très lointaine pour nombre de français. Mais voilà, le virus n’a pas de passeport pour qu’on lui interdise de franchir les frontières. L’OMS reconnaît ces derniers jours qu’avec le covid19 nous affrontons la pandémie. Alors quelle attitude avoir face à la propagation de ce virus ? 

Il ne faut surtout pas paniquer. Il est demandé d'agir sans précipitation ni affolement, mais avec prudence, mesure et sérénité, en pensant à soi et aux autres.

Le gouvernement nous a recommandé depuis un certain temps  de : -  se laver très régulièrement les mains ; - de tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ; - utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter ; - saluer sans se serrer les mains et éviter les embrassades. C’est de l’ordre du bon sens pour se protéger soi-même et protéger les autres.

En dehors de ce bon sens, y a-t-il une manière chrétienne de vivre ce temps de pandémie ? Ici ou là des remarques fusent. « Nous sommes à la fin des temps, Jésus revient ! » ; «  Dieu punit les péchés des hommes » ; «  Ceux qui nous gouvernent  ont dû fermer les frontières à ceux qui viennent des pays infectés » ; «  Dieu protège ses enfants, nous sommes confiants ! », etc. Chacun y va de sa propre conviction pour masquer sa propre peur, pour voiler son inquiétude… Face à la mort !

Tous les mercredis depuis janvier 2020, au 9, rue des Erables, Mantes-la-Ville, le livre de l’Ecclésiaste est au programme de l’étude biblique. Ce livre martèle que « sous le soleil, TOUT  est vanité » Les six premiers chapitres passent en revue tout ce qu’on peut voir, avoir, savoir, vivre, apprendre, acquérir sur cette terre. Tout s’apprête à disparaître comme une fumée insaisissable, comme une réalité incompréhensible. L’Ecclésiaste parle aussi de la mort  comme une réalité inéluctable. Elle frappe les animaux comme les humains ; les pauvres comme les riches ; les femmes comme les hommes ; l’avorton comme le vieillard. Au fond, la mort intrigue tout homme. Elle ne va pas sans soulever la question : Pourquoi ? Du chapitre 7 à la fin, L’Ecclésiaste nous appelle à donner sens à notre vie « sous le soleil », à notre vie de pèlerinage sur cette terre.  Qu’on soit dans le bonheur ou dans le malheur, l’essentiel c’est de prendre Dieu au sérieux : lire Eccl. 12.13s  « Au jour du bonheur, jouis du bonheur, et au jour de malheur, réfléchis, car Dieu fait l’un et l’autre, si bien que l’homme ne peut rien découvrir de ce qu’il doit lui arriver » Eccl. 7.14 Bsem. Cf. Mat 6.25-34.

Retenons cette exhortation de Todd Wagner :   « Alors que nous restons en alerte contre les virus de la doctrine ou de la maladie, nous inquiéter ne changera pas nos circonstances ni ne diminuera nos risques d’être infectés. Cela ne nous aidera pas à combattre la maladie ni ne nous poussera à l’action. Nous inquiéter au sujet du COVID-19 (ou de quoi que ce soit d’autre) ne fera qu’accroître le trouble. Plutôt que de nous inquiéter et être anxieux, Jésus nous appelle à répondre à la situation avec prière et foi en lui (Matt. 6:33–34Phil. 4:6). Nous n’avons pas à nous inquiéter, au plus haut degré, parce que nous connaissons Celui qui a vaincu le péché et la mort (1 Cor. 15:55–57).

Rappelez-vous continuellement : cela prend la même quantité d’énergie de s’inquiéter que de prier. Mais une de ces attitudes conduit à la paix, l’autre à la panique. Choisissez donc sagement. »

 

Pasteur RANDRIAMBOLOLONA Aimé   14.03. 2020